Réduction des déchets : où en suis-je ?

Réduction des déchets : où en suis-je ?

Vous n’avez pas pu passer à côté de ce sujet : la réduction des déchets est un sujet de plus en plus préoccupant pour bon nombre d’entre nous. Depuis quelques mois, je n’ai pas échappé à ces inquiétudes qui interviennent logiquement dans une démarche plus responsable et la recherche d’un mode de vie moins impactant.

J’avais commencé à aborder cette thématique avec cet article vous proposant une sélection de cosmétiques “zéro déchet” disponibles sur le site de Callunes.

Aujourd’hui, à travers cet article, je vais vous présenter les astuces plus générales, moins centrées sur la beauté et mises en place, depuis plusieurs années pour certaines et plus récemment pour d’autres, afin de limiter ma production de déchets.

La salle-de-bains

La cup

La salle-de-bains est vraiment la pièce par laquelle j’ai commencé à m’attaquer pour réduire mon impact sur l’environnement. Mon premier geste, il y a six ans, a été de me procurer une cup. Dès cet instant, je n’ai plus jamais quitté cet indispensable allié. Cet achat m’a permis de mieux supporter cette période désagréable. Tout est plus simple avec la cup et la question des déchets de protections hygiéniques ne se pose plus du tout.

L’oriculi

Récemment, je me suis également séparée des cotons-tiges. Ils ont tout simplement été remplacés par l’oriculi, un petit outil en bois qui se substitue parfaitement aux bâtonnets ouatés. La première utilisation est certes fastidieuse, mais sur le long terme, c’est un geste qui s’intègre parfaitement à la routine.

Les cosmétiques solides

Aussi, les savons ont remplacé les gels nettoyants pour les mains. Plus doux et capables de parfumer la salle-de-bains, les savons solides lavent les mains sans produire de déchets plastiques. Attention cependant à bien les choisir; je les préfère saponifiés à froid et composés majoritairement d’ingrédients d’origine naturelle. Parmi mes marques préférées, je peux citer Les Savons de Béa et Louise Emoi.

Pour poursuivre dans l’adoption de cosmétiques solides, j’utilise de temps à autre le shampoing solide de Lamazuna. Je suis longtemps restée fâchée avec cette variété de shampoings, trouvant qu’ils emmêlaient trop les cheveux et asséchaient la peau. Mais celui-ci, enrichi en huile essentielle de pin sylvestre, est plutôt bien toléré par mon cuir chevelu délicat. Je ne déplore aucune démangeaison, il n’engendre par plus de nœuds qu’un autre shampoing et a le mérite de durer longtemps.

C’est également chez Lamazuna que j’ai trouvé mon bonheur du côté des déodorants solides. J’utilise celui enrichi en huile essentielle de palmarosa (la revue complète est disponible ici).

Enfin, le dentifrice solide Pachamamaï m’a conquise ces derniers mois. Il est aujourd’hui terminé, mais je le rachèterai sans aucun doute.

Le démaquillage

huile démaquillante patyka avis

Enfin, l’intégration de l’huile démaquillante est probablement le geste le plus récent auquel je me suis habituée. L’utilisation de l’huile démaquillante ne met pas à l’abri de la production de déchets; à moins d’utiliser une huile solide, l’huile démaquillante se trouve généralement dans un flacon en plastique. En revanche, il n’y a plus de cotons à jeter quotidiennement. J’utilise alternativement l’huile à la rose de Melvita et l’huile remarquable de Patyka, selon mon humeur.

Aussi, je parfais le démaquillage à l’aide de cotons lavables. J’en ai trois variétés à la maison : les disques en bambou Les Tendances d’Emma, les lingettes Le Petit Carré Français et les gants Become Addict. Les deux premières variétés permettent de peaufiner en douceur le nettoyage de la peau, et la dernière ajoute une dimension de gommage qui permet de stimuler la micro-circulation.

La cuisine

Passons désormais à la pièce qui génère certainement le plus de déchets dans une maison. J’ai commencé à adopter quelques gestes, mais il faut avouer qu’il m’est plutôt difficile de constater une réelle amélioration dans cet endroit. Les emballages sont compliqués à éliminer lorsque l’on vit dans une zone proche de rien, sans commerce qui propose des aliments en vrac et sans marché à moins de 20 km… Je ne me cherche pas d’excuses, mais je devine qu’il est plus aisé de réduire ses déchets quand on habite dans une rue vivante et régulièrement animée par de petits commerçants. Ce n’est pas vraiment un autre débat, mais il me faudrait plus de temps pour évoquer cet aspect de la campagne; je préfère noter l’idée d’y consacrer un article complet plus tard.

Le filtre Berkey

Quoi qu’il en soit, j’ai tout de même pris l’initiative d’esquisser un changement dans ce piège des déchets ménagers. L’action la plus simple à mettre en place s’est imposée rapidement, et c’est ainsi que j’ai décidé de ne plus acheter d’eau en bouteille. Mais il était hors de question de se contenter d’ouvrir simplement le robinet et de s’y servir pour se désaltérer. Par ici, cette eau a plutôt mauvais goût, et je n’ai pas confiance dans la qualité de sa composition. Avec mon copain, nous lorgnions depuis des mois sur le filtre Berkey, mais ne franchissions pas le pas à cause de son prix plutôt effrayant. Et puis parfois, il suffit simplement de réaliser une petite opération sur le coin d’une feuille pour se débarrasser des doutes et passer à l’action. Une fois le calcul effectué, il en ressortait que le filtre Berkey serait rentable au bout d’un an seulement, en prenant juste en compte l’aspect financier. C’est donc en septembre dernier que nous l’avons commandé et que nous l’utilisons le plus naturellement du monde depuis sa mise en service.

Le montage est simple et rapide, et l’utilisation du filtre est plutôt intuitive. Un jour sur deux, nous remplissons le réservoir. Le contenu est filtré, avant d’être conservé dans des gourdes au réfrigérateur. Le modèle “Travel” nous suffit amplement, et nous ne sommes jamais dérangés par une quelconque lenteur de l’appareil. Pour être honnête, c’est d’abord dans une démarche d’autonomie et de préservation de la santé que cet achat s’est inscrit. L’aspect qui concerne la réduction des déchets et la disparition de la corvée de l’achat de packs d’eau en supermarché sont néanmoins très appréciables, et nous n’y reviendrions pour rien au monde.

Le filtre Berkey élimine virus, bactéries pathogènes, kystes et parasites, produits chimiques nocifs tels qu’herbicides, pesticides, solvants organiques et détergents (chlore) et réduit les nitrates, nitrites et métaux lourds tels que le plomb, le mercure, l’aluminium et le cadmium.

Les produits ménagers

Bien que pleine d’espoir lorsque j’ai commencé à me pencher sur ce sujet, toutes mes tentatives de confection maison de produits ménagers se sont soldées par des échecs. Mais je souhaitais quand même évoquer ce sujet à travers un bref paragraphe, car c’était une de mes priorités avant de constater les limites des produits naturels. En effet, de la lessive au détergent, en passant par le liquide vaisselle, j’ai reproduit un tas de recettes pour remplacer les produits conventionnels, efficaces mais nocifs pour nous, et l’environnement. Aucune de ces réalisations ne m’a convaincue. Chaque produit ménager fait-maison m’a déçue, tant par son odeur, que par sa texture ou encore son inefficacité. Pour le moment, je suis donc revenue aux produits conventionnels, mais je suis ouverte à toutes vos suggestions ou conseils si vous connaissez une marque qui propose des produits performants et respectueux de notre santé comme de la nature.

Le jardin

Pour finir ce long billet, j’ai choisi de vous emmener faire un petit tour au jardin, où quelques menues actions nous permettent d’avoir une consommation plus responsable tout en produisant moins de déchets.

poules plein air

Nous avons commencé à adopter des poules il y a presque trois ans, et celles ci nous permettent d’avoir à notre disposition des œufs frais, sans le moindre déplacement. Elles se nourrissent avant tout de grain, mais aussi de certains de nos déchets alimentaires. Attention, les poules ne sont pas des poubelles ! Certains aliments peuvent être nocifs pour elles, et il est souvent nécessaire de couper les restes en petits morceaux pour éviter qu’elles ne s’étouffent. Mais elles raffolent des épluchures, des restes de pain ou encore de plats cuisinés et de fonds de soupe.

Enfin, comme vous aviez pu le découvrir dans cet article, nous avons désormais notre potager qui nous permet de récolter quelques légumes. Autant de produits frais que nous n’avons pas à aller chercher en magasin et qui épargneront l’usage de sachets et de la voiture.

Conclusion

La réduction des déchets n’est pas forcément une démarche difficile à mettre en place; elle demande cependant beaucoup de temps. Il faut y passer des heures, entre la recherche de renseignements et les phases de test. Culpabiliser ne sert à rien, car chaque petit geste a son importance et nous permet de progresser vers un mode de vie plus sain. Il existe encore de nombreuses pistes que je souhaite explorer en la matière, et d’autres innovations verront peut-être bientôt le jour pour nous aider à réduire nos déchets.

Et vous, est-ce une problématique qui vous préoccupe ? Quels sont les gestes que vous avez déjà adoptés ? 

Je vous embrasse et vous souhaite à tous une merveilleuse année !

Liste des produits cités :

Coupe menstruelle LadyCup : disponible ici

Oriculi Lamazuna : disponible ici

Déodorant solide Lamazuna : disponible ici

Dentifrice solide Pachamamaï : disponible ici

Huile démaquillante Melvita : disponible ici

Huile démaquillante Patyka : disponible ici

Disques bambou Les Tendances d’Emma : disponibles ici

Lingettes Le Petit Carré Français : disponibles ici

Gants démaquillants Become Addict : disponibles ici

Filtre Berkey voyage : disponible ici

réduction déchets

 

 

7 Laissez-moi un p'tit cœur pour m'encourager !


33 commentaires concernant “Réduction des déchets : où en suis-je ?”

  • Tout comme toi j’essaye de réduire mes déchets ! La salle de bain est quasiment zéro déchet, mais j’ai encore plein d’anciens produits à finir avant d’y voir plus clair 🙂 En tout cas je me retrouve beaucoup dans ton article et dans ta démarche.

  • Coucou! 🙂 Pour les produits ménagers, nous avons aussi essayé des recettes mais ça n’a pas été un franc succès non plus ^^ Alors du coup, on est resté sur des basiques très efficaces et sains: du savon noir liquide (je l’achète en bidon de 5L chez Marius Fabre) pour le nettoyage des sols, des sanitaires (en plus du spray au vinaigre blanc) et même certaines lessives. Il est concentré donc tu dois le diluer et parfois, j’ajoute aussi des huiles essentielles comme ça, tu as l’odeur que tu préfères dans ta maison =)
    Et pour la lessive, soit j’utilise le savon noir liquide soit la lessive concentrée en poudre de la marque “la droguerie écologique” qui est aussi très efficace. Nous avons du prendre une alternative au savon noir car il était trop gras pour le nettoyage de nos microfibres H2O (que j’utilise pour toute la maison aussi)…

    Voilàà! N’hésite pas à me le dire si tu essaies ces produits ou si tu as des questions ^^

    • Coucou Chibi,
      Merci beaucoup d’avoir partagé ton expérience, notamment concernant les produits ménagers. Cela va me permettre de refaire le point et de réfléchir à de nouvelles pistes.
      Bonne journée !

  • Bonsoir Estelle,
    Tout comme toi, j’essaie de réduire mes déchets notamment avec l’utilisation d’huiles végétales et cotons démaquillants lavables, des savons saponifiés à froid, Louise et moi est passé par là aussi car j’ai fait une commande à Noël 😉
    Ah, c’est vrai que pour les cotons tiges, je ne suis pas encore passée l’oriculi, son utilisation me fait un peu peur, j’opte plutôt pour un nettoyant oreilles !
    Après, il faut que je fasse des efforts concernant les produits ménagers !
    Bisous et bonne soirée !

    • Coucou Val,
      Ah je suis ravie d’apprendre que le Père-Noël t’ait apporté de nouveaux savons !
      Le nettoyant est aussi une bonne piste, car l’oriculi est tout de même délicat à apprivoiser et parfois plus dangereux qu’un coton-tige.
      Bonne journée à toi

  • Coucou ma belle, bravo pour tout ce que tu as déjà mis en place. J’essaie aussi de m’y mettre petit à petit.
    Si ça t’intéresse il existe une gamme de produits de nettoyage dont j’ai déjà parlé sur mon blog, qui nettoie juste avec des fibres et de l’eau, plus besoin de produits ! c’est un peu cher à l’achat mais ça marche super bien !Il s’agit de la marque ENJO, c’est une nouvelle méthode d’entretien de la maison simple- efficace- rapide-écologique- plus saine et économique ! c’est vraiment impressionnant !
    je te fais pleins de bisous ❤

  • Coucou Estelle,
    Très contente de lire un nouvel article signé de ta plume unique.
    C’est une préoccupation qui me sensibilise de plus en plus et je tente moi-même de faire attention à la réduction de déchets chez moi, dans mon quotidien. Je suis passée aux savons, aux shampoings solides et je vais même me mettre aux liquides vaisselle solides beaucoup plus “clean”. Vivant dans un appartement, je ne peux pour l’instant ne pas avoir de poules ni de réels potagers mais le jour où je vivrai dans une maison, c’est également une envie qui me titille que de cultiver mes propres légumes et avoir quelques animaux. Pour le reste, j’ai encore des choses à mettre en place mais j’y viens doucement et sûrement. Comme tu le dis si bien, cela prend du temps.
    Un grand merci pour cet article instructif, et quel plaisir de te lire.
    Gros bisous et encore une belle nouvelle année à toi!
    Valérie

    • Coucou Valérie,
      Merci beaucoup pour ton message, je ne connais pas encore les liquides vaisselle solides. Sur le chemin de la réduction des déchets, chacun avance à son rythme, petit pas par petit pas. Il ne faut pas perdre de vue que c’est une démarche un peu laborieuse car elle nous éloigne de ce que nous avons toujours connu.
      Bonne journée à toi, gros bisous

  • Coucou,
    Comme toi j’essaye de réduire mes déchets mais j’y vais petit à petit. Car j’ai aussi eu beaucoup d’échecs en ce qui concerne les produits ménagers, ce qui m’a un peu découragée à un moment… mais les cosmétiques solides prennent petit à petit leur place dans ma salle de bains et je suis ravie de certains produits ! Alors je continue, à mon rythme et selon mes découvertes 🙂 Merci pour ton partage et bonne soirée !

    • Coucou,
      Cela me rassure de ne pas être la seule à avoir été déçue des produits ménagers maison.
      Bravo pour tes efforts en tout cas,
      Passe une bonne journée !

  • Hello,

    Merci pour ton article très inspirant ! Justement dans mes “résolutions” de 2019 j’ai décidé de faire une “action pour la planète” par mois. Remplacer des produits jetables ou chimiques petit à petit.

    • Coucou Anaïs,
      C’est une très belle façon de commencer l’année que d’adopter cette démarche !
      Une bonne journée à toi, à bientôt

  • Coucou
    Comme je vis en appartement, je n’ai évidement pas de potager ni de poules par contre j’ai un grand balcon qui me permet de faire de jolies récoltes. En terme de réduction de déchets, ce n’est pas toujours si évident mais on essaie de faire au mieux même si j’ai conscience que je pourrais faire encore mieux !
    Pour les produits d’entretien, j’ai déjà réduit car j’utilise beaucoup de bicarbonate de soude et de vinaigre par contre, ça fait un moment que je souhaite faire ma lessive moi-même mais je n’ai toujours pas passé le cap !
    Bon week-end.

    • Coucou Natie,
      L’idée du balcon pour cultiver, c’est vraiment chouette.
      J’ai trouvé que le remplacement des produits ménagers classiques est l’étape la plus compliquée, mais je vais continuer de regarder ce qui se fait.
      Passe une bonne journée

  • coucou!
    ton article est génial car il montre à quel point nous sommes de plus en plus nombreux à nous soucier de notre environnement mais nous sommes souvent limités dans nos actions selon où l’on habite. il est super bien fait car tu prends pièce par pièce.
    il y a pas mal de choses dans la salle de bain que je retrouve (dentifrice solide, une révélation d’il y a quelques semaines pour moi lol) Le filtre m’intrigue beaucoup car j’achète énormément de bouteilles en plastique et je culpabilise beaucoup. Comme tu dis, l’eau du robinet a un goût détestable, je ne savais trop vers quoi me tourner.
    Pour les produits d’entretien, essentiellement j’ai le bicarbonate de soude et le vinaigre blanc à faire bouillir. j’achète aussi des produits Etamine du lys, à la composition plus saine, et souvent proposés en grand conditionnement..
    Mais j’ai encore beaucoup de chemin à faire, toujours trop d’emballages dans ma poubelle de tri…
    de gros bisous

    • Coucou Julie,
      Un grand merci pour ton message ! Je vois que tu a mis en place un bon nombre d’actions également et c’est tout à ton honneur.
      Des déchets, malgré tout, on a l’impression d’en produire toujours trop…
      Passe une excellente fin de journée

  • Coucou! Honte à moi de ne pas être au tiers de ce que tu fais ! Je participe à des actions dans mon quotidien pour réduire les déchets et préserver notre jolie planète.
    Bravo, Bravo à toi !
    Je suis très intriguée par ton petit outil pour les oreilles,
    Des bisous et bonne journée à toi

    • Coucou Nina,
      Tu n’as pas à avoir honte, chacun fait comme il peut et n’oublions pas que nous vivons souvent dans un environnement peu propice au “0 déchet”.
      L’oriculi est une bonne alternative, mais il faut l’apprivoiser car on peut rapidement se blesser.
      Bonne journée à toi

  • Bonne année.
    Pour les produits ménagers, j’ai commencé par la lessive qui reste le produit le plus simple à fabriquer à mon avis. Cela m’a donné envie d’en faire d’autre même si honnêtement je n’en prends pas toujours le temps.
    Bonne journée!

    • Coucou,
      J’avais également été étonnée par la rapidité de fabrication de la lessive maison, même si les résultats ne m’ont pas convaincue.
      Bonne journée à toi

  • Coucou !
    J’ai beaucoup aimé ton article, ainsi que celui sur les savons et déos solides.
    Perso j’habite en montagne et concernant les produits en vrac, ou le bio, c’est comme tu le dis, il n’y a rien. Ce n’est pas une excuse qu’on cherche, mais c’est une réalité !
    Sinon on a opté pour un composte depuis plusieurs années (on envisage les poules à moyen terme aussi), on recycle tout ce qu’on peut.
    Dans la salle de bain, j’utilise depuis pas mal d’années des cotons lavables et lavettes que je couds moi-même. Et ton article de l’autre jour m’a permis de sauter le pas, j’ai commandé le déo, le dentifrice et le shampoing solide. Je n’ai pas encore essayé, je les commence dès que mes produits seront vides.
    Quant à l’oriculi, je ne suis pas encore prête !! lol
    Bonne continuation à toi, tes articles sont très inspirants !
    Coralie

    • Bonjour Coralie,
      Merci beaucoup pour ton message. Celui-ci me rassure, c’est dommage d’aspirer à une vie loin du tumulte et d’être privé du vrac ou du bio.
      Je suis ravie d’avoir pu te décider à franchir le pas pour le déo, le shampoing et le dentifrice solides, j’espère qu’ils te plairont.
      Merci encore une fois pour tous tes encouragements, ils me vont droit au coeur.
      Belle journée à toi

    • Bonjour Cathy, et bienvenue sur le blog,
      Je n’aurais pas pensé à utiliser le shampoing pour le visage, il n’est pas trop agressif ?
      Belle journée à toi

Pour laisser un petit mot avant de partir...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.