Notre premier potager : Réalisation d’un lit de culture en lasagnes

Notre premier potager : Réalisation d’un lit de culture en lasagnes

Je vous en avais parlé sur Instagram il y a quelques semaines; l’envie d’aborder d’autres thèmes sur le blog me tentait mais j’avais besoin d’obtenir votre avis à ce sujet. Une journée après l’ouverture d’un sondage, les résultats étaient plutôt encourageants : une large majorité avait été emballée par cette initiative pour évoquer des thèmes tels que la vie à la campagne, le jardinage, le bricolage. Aujourd’hui, c’est donc pour un article à quatre mains que je vous retrouve. Mon chéri et moi vous proposons de découvrir dès maintenant notre premier potager en lasagnes !

Réalisation d’un potager en lasagnes

Cette année nous avons décidé de lancer notre premier potager : moins dans l’espoir d’obtenir une récolte abondante que d’explorer différentes méthodes de jardinage écologique en conformité avec la philosophie permacole : travailler avec la nature plutôt que contre elle, et mettre en place des stratégies locales, durables et respectueuses de l’environnement tout en optimisant sa production dans une optique de relative autonomie énergétique et alimentaire.

C’est donc à titre expérimental que nous avons préparé plusieurs planches de culture mais c’est plus spécifiquement de la technique du potager en lasagnes, ou lasagna bed, dont nous allons parler aujourd’hui.

Le principe du jardinage en lasagnes est simple : il consiste à empiler successivement des couches de matières carbonées (végétaux plutôt bruns et secs) et des couches de matières azotées (végétaux plutôt verts et humides) en proportions volumiques égales, afin d’amorcer le processus de compostage in situ, en terminant par une couche de compost ou de terreau dans laquelle repiquer les plants. Quelques exemples :

Matières carbonées :

  • Branchages
  • Feuilles mortes
  • Écorces
  • Copeaux de bois
  • Paille
  • Carton
  • Papier

Matières azotées :

  • Gazon
  • Taille des haies
  • Feuillage
  • Fanes
  • Épluchures
  • Fientes
  • Fumier

Outre qu’elle dispense du labour et du désherbage, cette méthode de culture présente plusieurs avantages, parmi lesquels le recyclage des déchets organiques, la rapidité de mise en œuvre, la création d’une zone productive sur un endroit peu fertile et la possibilité de l’exploiter quasi immédiatement.

En ce qui nous concerne, une des parties les mieux exposées et les mieux situées du jardin est aussi malheureusement une des plus argileuses et des moins profondes : il s’agit d’un mélange de terre et de gravats étalés lors de récents travaux de terrassement. La culture en lasagnes est donc toute indiquée dans ce cas de figure.

La lasagne est réalisée à même le sol, de forme libre : droite, courbe, en zig-zag, peu importe, pourvu qu’elle n’excède pas 1,2 mètre de large afin de permettre d’accéder au centre sans la piétiner. Les bordures peuvent l’être à l’aide de bois mort ou de ballots de paille mais ne sont pas indispensables.

Pour notre part nous avons opté pour un cadre rectangulaire en planches de coffrage afin de conserver les avantages du carré potager classique. Souhaitant en outre bénéficier d’une irrigation homogène, la mise à niveau du terrain nous a contraints à travailler la terre en surface, mais c’est une étape que le jardinage en lasagnes rend d’ordinaire superflue. Certaines personnes préféreront d’ailleurs tirer parti des micro-climats offerts par les irrégularités de terrain et les formes originales de lasagnes pour diversifier les cultures et les associations potagères sur une zone restreinte.

Fabrication du cadre

Les planches utilisées sont de section 27 x 200 mm en douglas non traité, ce qui devrait limiter leur durée de vie à trois ans maximum. Il existe des essences de bois imputrescibles mais nous ne souhaitions pas investir plus que nécessaire pour débuter. Elles sont fixées aux angles sur des demi-chevrons que l’on peut tailler en pointe pour faciliter la mise à niveau du cadre si le sol le permet. Nous coupons les chevrons du fond à 160 cm afin de former un châssis qui facilitera le palissage des plants en y fixant un grillage.

Les dimensions du cadre sont les suivantes :

  • L : 300 cm
  • l : 100 cm
  • h : 40 cm

Soit une contenance de 1200 litres pour une surface de 3m².

On devine ici un autre avantage de la culture en lasagnes, particulièrement pour les personnes ayant un budget limité, peu d’espace cultivable ou des contraintes liées aux charges lourdes (douleurs lombaires ou potager sur balcon par exemple) : si nous voulions remplir ce volume avec du terreau premier prix, cela reviendrait tout de même à 120€ environ pour près de 400 kg de substrat à déplacer.

Pour le remplissage nous utiliserons de l’herbe de tonte fraîche pour les couches azotées ; divers branchages, des morceaux d’écorces, de la paille, du carton et des sacs en papier sans impression pour les couches carbonées.

Remplissage

On conseille parfois d’étaler des couches de 15 cm d’épaisseur. Ici, nous procéderons par couches plutôt fines (5 cm pour l’herbe, 10 cm maximum pour les couches carbonées) afin d’accélérer le compostage et d’éviter le pourrissement de l’herbe.

Nous commençons par disposer des cartons ou sacs en papier recyclables qui étoufferont les adventices et serviront de refuge aux vers de terre, indispensables à l’humification du substrat.
Par-dessus nous étalons l’herbe de tonte.

Pour les couches carbonées suivantes, il est recommandé d’aller du plus grossier au plus fin et d’arroser abondamment.

On poursuit en alternant les couches selon le même principe en prenant soin de terminer par une couche d’herbe afin de réduire le risque de faim d’azote. En effet, les micro-organismes responsables de la décomposition des végétaux en humus peuvent consommer l’azote au détriment des plantes si le rapport C/N est trop élevé. Il existe néanmoins plusieurs façons de pallier ce manque a posteriori, par exemple via l’utilisation d’un engrais azoté comme le purin d’orties.

Ne pas hésiter à remplir jusqu’aux bords : l’ensemble va se tasser dès les premiers jours jusqu’à réduire de moitié en fin de saison.

Enfin, nous pouvons étaler notre terreau. Comptez une dizaine de centimètres d’épaisseur.

On profite de la baisse du niveau induite par la décomposition des végétaux pour disposer un paillage épais afin de limiter le tassement de la surface sous l’effet de la pluie, l’évaporation de l’eau et de conserver un substrat riche et aéré propice à la vie du sol.

Quand planter ?

Rapidement, on observe une montée en température générée par la forte activité microbienne. Cette hausse de température, qui peut atteindre jusqu’à 70°C, dépend principalement de trois facteurs : le rapport carbone/azote, la taille des végétaux à composter et le volume du tas.

Planter directement peut donc comporter un risque pour les racines des plants, auquel cas il peut être plus prudent d’attendre une dizaine de jours avant le repiquage. Si la lasagne est constituée en début de saison, on peut toutefois tirer profit de la chaleur ainsi dégagée pour mettre ses plants en terre avec un peu d’avance.

Ayant déjà pris un peu de retard dans le démarrage de notre potager, nous avons toutefois décidé de planter dans la même semaine.

La culture en lasagnes n’est pas une recette à appliquer à la lettre. À chacun d’adapter selon son inspiration et les matériaux à sa disposition. N’importe quel contenant peut être utilisé. Ici un petit tonneau rempli suivant la même méthode :

Aux côtés d’un autre plant semé au même moment :

Dans un petit contenant, la variation de température est imperceptible mais la décomposition sera plus lente.

Conclusion

Nous espérons que ce premier article concernant le jardin vous a plu. N’hésitez pas à nous dire si vous aussi, vous avez fait votre potager cette année, et si ce sujet vous intéresse.

On se retrouve dans quelques semaines pour faire le point !

31 Laissez-moi un p'tit cœur pour m'encourager !


23 commentaires concernant “Notre premier potager : Réalisation d’un lit de culture en lasagnes”

  • Coucou Estelle,
    C’est sympa d’avoir son propre potager ! la patience est de mise pour pouvoir déguster les légumes !
    Il faut quand même avoir la main verte, c’est une qualité que je n’ai pas 😉
    Bisous et bon week-end !

    • Coucou Val,
      Merci pour ton petit mot. Au jardin, en effet, c’est la patience qui est la meilleure alliée. Ce sera tellement gratifiant de goûter le fruit de notre investissement !
      Bon dimanche à toi

  • Bravo Estelle pour votre premier article 👏🏾. La rédaction est très bien faite, les photos joliment présentées et les conseils sont très judicieux pour une novice comme moi. Je vous félicite 👍 et vous souhaite une belle aventure sur votre projet. Bonne journée

    • Bonjour Jessie,
      Merci pour ces encouragements, nous débutons aussi alors on en est encore à la phase d’apprentissage mais c’est un plaisir pour nous d’éclairer un peu les novices qui n’ont pas encore sauté le pas.
      Bon dimanche !

  • Bravo Estelle pour cet article très bien construit et détaillé ! 🙂 Je me permets juste d’ajouter qu’il est nécessaire d’arroser après chaque “couche” : ainsi, après avoir placé tes cartons, tu arroses, puis, tu ajoutes l’herbe et autres déchets de cuisine, et à nouveau tu arroses etc… plutôt qu’un gros arrosage à la fin 🙂 J’aime beaucoup votre carré : le cadre que l’on distingue pourra vous servir pour faire grimper des petits pois…à moins que cela ne soit pour les tomates ? Je vois aussi que tu as des poules, c’est vraiment top : mon fils en a également. Moi, j’hésite encore : c’était l’un de mes voeux quand nous avons acheté en campagne…mais nos voisins ont un chien adorable…qui adore chasser (et tuer ! ) les poules des (autres) voisins ! lol. En tout cas, je suis très sensible à ton engagement envers notre belle planète, et cela ne fait que confirmer que tu es une belle personne (dans tous les sens du terme d’ailleurs). As-tu semé des potirons ? En tout cas, je ne doute pas de tes futures récoltes, et tu verras, tu seras très surprise de la production…et une fois qu’on y a pris goût, on a envie d’en faire “plus”, dû moins, de penser aussi aux légumes d’hiver 😉 Encore une fois, “bravo” pour ce bel article <3 Je t’envoie de gros bisous et te souhaite un très bon week-end 🙂 <3

    • Bonjour Nathalie,
      C’est un plaisir de te lire, merci pour ce commentaire riche en observations !
      En effet, cette année le châssis servira à faire grimper les tomates.
      Malheureusement les graines de potiron n’ont pas germé malgré différentes configurations lors de leur plantation 🙁
      Nous avons prévu quelques légumes d’hiver également (choux et épinards notamment). En parallèle on rassemble les matériaux qui serviront à préparer de nouvelles planches de culture pour l’année prochaine, ensuite on passera commande chez Kokopelli pour s’essayer à quelques variétés originales.
      Nous avons plus de recul concernant les poules, cela fera peut-être l’objet d’un prochain article. Il est vrai que la sécurisation de l’enclos revient vite cher, d’autant plus que les poules réclament beaucoup d’espace si l’on tient à conserver un peu de verdure sur leur parcours. Ici la clôture les empêche de s’échapper mais n’empêche pas les prédateurs d’y pénétrer, en revanche le poulailler en lui-même est très sécurisé.
      Nous te remercions encore pour tes encouragements.
      Bon dimanche !

      • Ho mince, je suis désolée pour le potiron 🙁 Vous avez également essayé directement en pleine terre j’imagine…bon, cette année a été assez aléatoire pour les semis, même chez les professionnels alors… 😉 Et je t’en (vous en ! 😉 ) enverrai d’autres pour l’an prochain, y compris de tomates originales comme les bleues et les banana legs ! 😉 Gros bisou et bonne semaine à vous deux <3

        • Coucou Nathalie,
          Tu n’y es pour rien ! C’est la faute à “pas de chance” comme on dit… Merci encore pour ta gentillesse, belle semaine à toi !

  • Hello Estelle,

    Ton jardin est très sympa, tu dois avoir hâte que ca pousse… Tu es super bien organisée… Bravo

    Cette année, on a planté des tomates et des fraises… les enfants adorent <3

    Gros bisous et bon Week-end,

    Christèle

    • Bonjour Christèle,
      En effet, c’est avec impatience qu’on regarde tous ces petits plants évoluer.
      Les plantations de tomates et de fraises avec mes parents, ça me rappelle de très bons souvenirs d’enfance, tes petits s’en souviendront.
      Bon dimanche à toi

    • Coucou belle Florette,
      Je pensais que ce n’était pas mon truc non plus, finalement, on se retrouve avec un potager et des plantes vertes plein la maison. On y prend vite goût !
      Il existe des petits kits pour les débutants très amusants et presque inratables si ça t’intéresse.
      Bon dimanche à toi, et merci pour ton petit mot.

  • Coucou,
    C’est vraiment très intéressant! Merci beaucoup pour ton article bien détaillé. Pratique surtout pour les personnes n’ayant pas beaucoup d’espace. 🙂
    Ce mode de culture est susceptible de me plaire, depuis des années je voudrai un petit potager, mais je n’ai pas encore trouver le temps de me lancer. Et puis, le terrain n’est pas encore bien aménagé.
    J’attends donc de vois la suite et tes cultures. 🙂
    Belle fin de journée, plein de bisous pailletés :*

    • Je ne manquerai pas de te tenir au courant de la suite de nos aventures ! En tout cas, ça me fait très plaisir de savoir que l’article t’a intéressée, n’hésite plus à te lancer !
      Bonne soirée

  • Bonjour.
    Je trouve très intéressant ce genre d’article. Je n’ai pas le temps de faire de jardinage cette année, mais j’aime découvrir d’autres modes de cultures. J’avais entendu parler de cette méthode sans avoir le courage de bien m’y intéresser. Ton article est pédagogique ; je le retiens.
    Il faudra juste que tu me prêtes tes compétences pour le coffrage
    Bisous.

    • Merci beaucoup pour ton commentaire ! Je rends à César ce qui lui appartient; c’est mon chéri qui a réalisé le coffrage, je ne suis pas vraiment douée avec les outils haha !
      Bonne soirée à toi

  • J.aimerai commencer mes lasagnes en septembre( début de l’année scolaire .
    Est ce réalisable, et surtout utilisable dans l’année scolaire?
    Merci

    • Bonjour,
      Oui c’est tout à fait possible, mais il faudra adapter votre sélection en fonction de la saison (épinards, choux, radis, etc).
      Bon week-end

Pour laisser un petit mot avant de partir...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.